samedi 1 octobre 2011

En dessous

New York City... Des gratte-ciel, des lumières et des enseignes multicolores, des taxis jaunes et les images de dizaines de films ou de séries télé qui reviennent en mémoire...
Après 5 années aux USA et quelques voyages plus ou moins touristiques dans la grande ville que l'on s'obstine à surnommer Big Apple sans trop savoir pourquoi, les clichés sont toujours vivants, additionnés de quelques découvertes : Central Park est bien plus grand que l'on ne pensait et l'on peut s'y perdre, on trouve au nord de Manhattan un merveilleux musée médiéval, le pont de Brooklyn est un lieu de promenade idéal pour les gens que le bruit de milliers de voitures (qui passent, sur plusieurs niveaux, juste en dessous du pont piétonnier) ne dérange pas...
Alors quand le Grand Chêne achète un jour le New Yorker magazine, on est tout étonné de découvrir (au hasard des nombreuses colonnes de littérature bien serrée pour intellectuels éclairés) un modeste article sur les sous-sols de New York City... Bien sûr, le nez en l'air parmi la foule, on n'y avait pas pensé une minute, mais c'est logique : tous ces buildings ont des sous-sols !
Et certains de ces sous-sols ont une histoire...
En particulier, un complexe d'appartements qui porte le nom magique de Stuyvesant Town and Peter Cooper Village, construit dans les années 1940, offrait à ses occupants un service très pratique : sur simple demande et sans frais supplémentaires, on pouvait y faire stocker dans les sous-sols tout ce que l'on voulait. Des dizaines d'occupants des lieux ont ainsi fait descendre des caisses et des caisses... Parfois, par relations, des personnes étrangères au complexe ont eu accès également à ce service. Puis au fil des déménagements et des décès, on a littéralement perdu la trace des propriétaires de ces quantités considérables de caisses oubliées.
Et soudain, la crise économique aidant, on s'avise que ces sous-sol pourraient rapporter beaucoup d'argent si l'on faisait payer la location des espaces de stockage... Mais il y a un nettoyage herculéen à accomplir, et l'on n'est même pas sûr d'en avoir légalement le droit, tant que l'on n'a pas enquêté sur le propriétaire de chaque caisse !
Alors voilà un cliché de plus à ajouter à tous ceux qui s'éveillent quand on regarde une photo de Manhattan : sous les gratte-ciel, des gens essayent d'identifier le contenu (peut-être malsain, après tant d'années...) des milliers de caisses sans propriétaire connu, et de trouver une solution pour se débarrasser de ce que l'on y découvrira quand on pourra faire le ménage à fond... Vieux papiers, livres dans toutes les langues, bouteilles de vin, disques vinyl et talons de chéquiers, tapis, meubles dépareillés, bibelots et bijoux sans valeur (peut-être ?), vêtements démodés, uniformes et robes de mariée...

4 commentaires:

Adrienne a dit…

oh ces caisses dans les sous-sol, ça me fait rêver! j'irais bien aider à trier ;-)
pour ce qui est de se perdre dans un parc, j'ai réussi cet exploit dans bien moins grand (à Ostende!!!) mais j'ai comme excuse que la nuit était tombée et que je ne savais plus où était le nord ou le sud ;-)

jardinette a dit…

quand la réalité dépasse la fiction ! il y a plein d'auteurs en manque d'inspiration et bien là , il y a matière ! avis aux amateurs!
quand à Central Park , c'est tout un monde dans la ville !quel souvenir dans l'infime partie parcourue !

tricotine a dit…

s'il faut trier et jeter, je suis toujours dispo!!! j'avoue avoir une certaine expérience...
Mais bon cela doit être bien poussièreux et impressionnant à regarder.
Gors bisous

Lorraine a dit…

d'ici, on n'imagine pas qu'existent ces caisses abandonnées (et pourquoi le sont-elle?). Imaginer que des gens descendent livres, casseroles, vêtements, meubles, dans un sous-sol ouvert à tous, me confond! Et qu'elles s'amoncellent au cours des ans sans que personne n'aille y voir, me confond encore plus! Comme Jardinette, je me dis que ce serait un excellent sujet de film ou de roman. Merci, chère Oxygène, d'ouvrir des portes inconnues!...