samedi 18 août 2018

Main droite, main gauche

C'est un processus passionnant qui se reproduit avec chaque bébé. Lorsque vient le moment très attendu où la petite main potelée s'ouvre pour saisir l'objet qu'on lui tend (girafe Sophie ou autre hochet), c'est la liesse. On quitte la phase charmante où le petit poing se fermait automatiquement sur le pouce de Papa ou Maman, qui pouvait alors refermer ses doigts sans que la présence de la petite main soit décelable au creux du poing adulte aussi gros que la tête du nouveau-né.
L'étape de la préhension ouvre des perspectives exaltantes : on donnera bientôt une petite cuillère (vide), une première brosse à dents (symbolique), un premier crayon de couleur... On verra le geste se préciser, de plus en plus volontaire, de mieux en mieux contrôlé, même si l'objectif demeure souvent la mise en bouche de l'objet, quel qu'il soit. On devra lutter pour conserver hors de portée certaines choses que l'on ne souhaite pas confier aux débuts hasardeux de ces progrès psychomoteurs : cheveux longs, lunettes, pendentif accroché à une chaînette trop peu résistante, papier que l'on voudrait lire, bol de compote, tout cela sera écarté ou déplacé malgré les protestations du bébé.
Il reste alors un point crucial à éclaircir : ce bébé est-il droitier ?
On sait qu'il ne faut pas contrarier la nature et on observe de près : on tend la cuillère, la brosse à dents, le crayon surtout, vers la main droite. On guette. Généralement, le bébé n'est pas contrariant, garde l'objet dans la main qui l'a reçu et l'utilise ainsi.
Mais on peut observer une résistance inattendue : le bébé prend l'objet et le fait passer dans sa main gauche, systématiquement. On recommence, on questionne (sans rudesse), on insiste (délicatement). Rien à faire. Le bébé grandit, apprend à écrire, c'est définitif. Il faudra penser à acheter des ciseaux pour gaucher, le moment venu. À moins que le petit contrariant n'aille jusqu'à se montrer ambidextre, en écrivant de la main gauche mais en faisant coloriages et bricolages de la main droite.
On n'est jamais au bout de nos surprises.
Et c'est très bien ainsi.


jeudi 22 mars 2018

Pédagogies

Lorsque Myosotis est devenue professeur, en 1993, elle est passée par la case "IUFM" à Rennes. Au fil des années, elle a acquis un peu d'expérience sur le terrain mais les stages suivis ici et là sont allés dans le même sens que cette formation de départ.
On lui a appris que le problème, le grand fléau, le Mal suprême, c'est la situation héritée du Moyen Âge, matérialisée par la disposition d'une salle de classe traditionnelle :

(Le prof professe et les élèves sont élevés.)
Cette situation obscurantiste est demeurée inchangée jusqu'au XXe siècle, malgré les apports louables de la Modernité :
(On notera que le prof y a gagné la certitude de ne plus se faire une entorse ni tomber dans la poubelle en arrivant au bout de l'estrade.)
Enfin, les Pédagogues, les vrais, sont intervenus :
(Nonobstant le léger inconfort des apprenants placés dos au tableau et de l'enseignant sollicité de toute part, des pratiques innovantes sont devenues possibles, dans des conditions qui ont prouvé aux apprenants l'inutilité de regarder au tableau.)
À cette nouvelle disposition de l'espace-classe, les progrès techniques ont apporté une autre amélioration notable :
(Le prof désormais muni d'un ordinateur relié au monde n'a plus qu'à apprendre à s'en servir et à surmonter les défaillances variées du système, tout en s'assurant que les apprenants ne vont pas trop loin dans leurs initiatives individuelles.)

Du Moyen Âge au XXIe siècle, le rapport entre maître et disciples, prof et élèves, enseignant et apprenants, a été repensé, ajusté, réorienté. Mais le grand absent de tous ces schémas, le point central qui finit par laisser un grand vide, c'est... le savoir. Ce trésor que l'on veut transmettre et qui donne son sens au métier d'enseignant, le contenu qui justifie tout effort d'apprentissage, de lui on ne voit pas trace.
Cependant quelle que soit la couleur du tableau, quels que soient la disposition du mobilier et les moyens pédagogiques mis en oeuvre, où puise le prof qui met tout son coeur et toute son expérience à faire partager la beauté de l'alexandrin de Racine, la tournure impeccable de Cicéron, l'incroyable manoeuvre de Salamine ? Et d'où naîtra la motivation de l'enfant qui l'écoute (peut-être) et qui voudra (qui sait) approfondir ce qui aura éveillé son intérêt ?
Il reste peu de chose pour motiver les investissements pédagogiques les plus ingénieux si le système tourne à vide.
Myosotis donne sa démission le 18 juin prochain. Une façon comme une autre de répondre à l'appel de sa conscience professionnelle...

mardi 2 janvier 2018

En tournant la page

Les derniers mois de 2017 ont été difficiles. Autant que les premiers, en fait. On ne va pas faire la liste, ce serait un peu triste et chacun sait qu'il vaut mieux énumérer les belles choses.
Heureuse tournure d'esprit que celle des gens doués pour le bonheur !
Mais quand on a dans le coeur deux familles qui ont chacune enterré un garçon de 20 ans, sans mentionner tout le reste, ce n'est pas pêcher par manque d'optimisme que d'hésiter un peu avant de crier "Bonne année et bonne santé" à tous les vents.
Dans ce moment de transition, comme un dernier (ou un premier ?) cadeau, le Petit Jardin presque complet a vécu un moment de grâce lors de la dernière messe de 2017. Ce n'était pas (pas vraiment) une grâce théologiquement définissable. C'était un éclat de vie familiale agrandi aux dimensions de l'église paroissiale, avec toutes les perspectives (une, catholique et apostolique) que cela implique pour des croyants.
L'assemblée était peu nombreuse (dimanche 31 décembre à 18h00...) mais tout y était : des enfants de choeurs, parmi lesquels Petit Lierre désormais fort expérimenté, une chorale de jeunes gens et jeunes filles, parmi lesquels Petit Bouton d'Or et sa voix du même métal, et, au piano, Moyen Sapin qui travaillait les partitions depuis plusieurs jours pour remplacer l'animateur habituel.
Tout a suivi son cours...  
Myosotis et son Grand Chêne ont vu passer en procession Petit Lierre et son grand cierge. Moyen Sapin concentré sur son clavier dirigeait la chorale, qui le lui rendait bien. Petit Bouton d'Or a joliment chanté sa partie et les micros ont fini par fonctionner. Petit Lierre a pris en charge le gros livre et la vaisselle sacrée au moment voulu. C'était une belle "messe de jeunes" à l'américaine, avec une liturgie impeccable.
Puis juste avant la procession finale, le prêtre a annoncé qu'il voulait entonner avec l'assistance "un chant de méditation". Moyen Sapin  n'avait pas de partition préparée, la chorale ouvrait de grands yeux pour essayer de deviner ce qu'on allait lui demander, et avec une certaine fébrilité Moyen Sapin a fini par crier (depuis son piano) au prêtre : "Which song?", à quoi le prêtre (souriant) a répondu : "You'll see by yourself!".
Il a alors entonné O Holy night (version anglaise de Minuit chrétien), bientôt suivi par l'assemblée... La chorale... Et Moyen Sapin qui a pu rattraper la mélodie et les accords très vite...
Quelle joie alors de voir Petit Lierre reprendre son grand cierge pour la procession, Petit Bouton d'Or chanter à pleine voix et Moyen Sapin un moment désarçonné retrouver son assurance !
Myosotis et son Grand Chêne en ont ressenti beaucoup de fierté mais, plus encore, une immense douceur. Dans l'harmonie palpable de ce moment de grâce, le Petit Jardin s'est senti enveloppé dans l'Amour infini.