mercredi 22 août 2012

Lettres de noblesse

L'été qui s'achève a apporté son lot de révélations... De quoi conférer à Myosotis divers titres de noblesse auxquels elle ne pensait pas prétendre...


D'abord, en juin, ce fut le merveilleux cadeau d'un voyage au Japon (pour accompagner le Grand Chêne au travail) : rencontre rêvée avec un ailleurs longtemps idéalisé, choc culturel, découvertes en tout genre... Mais le corps (en particulier l'estomac...) est un mauvais compagnon de voyage qui ne se plie pas volontiers au décalage horaire... Et par-dessus tout ça, pour avoir oublié de consulter ses emails, Myosotis a manqué un rendez-vous avec un ami de longue date fixé à Sendai... Elle est donc revenue piteuse et nauséeuse, des images plein la tête mais archiduchesse des voyageurs maladroits.
En juillet, le Grand Chêne toujours au travail, Myosotis avait à accueillir une proche petite famille venue tout exprès de France... On avait composé un programme, proposé des activités, visites et sorties... C'était sans compter avec certaines résistances adolescentes. Myosotis s'est ainsi retrouvée marquise des mères naïves et des tantes pleines de bonnes intentions sans bons résultats.

En août, quand enfin le Grand Chêne a pris des vacances, le petit jardin est parti vers le sud, sur la côte atlantique, dans les Outer Banks. Une belle plage interminable bordée de dunes, des ciels merveilleux parcourus de nuages variés (pas toujours orageux), des fragments de coquillage polis par les vagues dans le sable fin... Depuis longtemps membre du club des mauvais nageurs frileux, Myosotis a découvert qu'elle est aussi comtesse des vacances au vinaigre : pour un appareil dentaire oublié par Petit Sapin, fallait-il passer une heure à trier (en vain) les poubelles dans l'arrière-cuisine du restaurant ? Pour un mauvais matelas, dans la location jolie mais vétuste, fallait-il choisir de dormir sur le sol, sur un tas de couvertures enveloppé d'un drap ? Et pour des jours de compétitions olympiques retransmises à la télévision, fallait-il sans cesse se laisser submerger par l'émotion des vainqueurs (et des autres) ?
Myosotis s'apprête donc à vivre la rentrée nantie de tous ces titres rudement gagnés... Il va falloir du temps, de l'humilité et de l'humour pour que le meilleur de cet été 2012 surnage et prenne le dessus dans les souvenirs. Cet élitisme de la mémoire est-il un apanage naturel de la noblesse ?

4 commentaires:

Adrienne a dit…

et Reine de l'humour, voilà qui est une chose acquise :-)

Anonyme a dit…

le meilleur des titres... ne gardons que celui-là le reste sera oublié et comme souvent on en rira...
heu dans quelque temps...
les photos nous ont montré quelques bons moments ...
courage pour la rentrée qui ne va tarder maintenant
bises à tous

trocotine a dit…

bon, ce n'était pas si catastrophique que çà ces vacances!!! et puis on a bien rigolé dans les magasins et les restaurants!!! les ados sont de grands enfants mais tellement mignons!!!On a survécu, même au GPS!!!Enormes bisous

Saveria a dit…

Il est si agréable de te lire ....

Au fait te rappelles-tu le cahier que tu m'a offert "Deep thoughts" avec un gros chat sur la couverture? Il m'a toujours suivie et je n'ai jamais osée écrire dedans (va savoir? peur de le finir trop vite peut-être? ou écrire des futilités?).
Et bien je lui ai trouvé une mission. Dans ma classe il y a un petit garcon venu de Haiti que la vie a maltraité jusqu'à ses 6 ans. A 10 ans il apprend doucement les codes de notre société; les joies et les désillusions (parfois) de vivre en communauté. Et bien ce cahier si précieux pour moi (et il le sait) nous sert de journal quotidien. On y marque tous les jours comment s'est passé la journée, les joies et les peines et on apprend doucement la vie ...
Alors voilà chaque jour j'ai finalement une pensée pour toi!

Je t'embrasse bien fort
Save