lundi 26 mai 2008

Langage des fleurs et métaphores


Au jardin de Myosotis, autour du Grand Chêne, c'est sans doute Mademoiselle Bee que l'on verra d'abord. Depuis bientôt 13 ans, elle butine, elle bricole, elle dessine un peu partout. Pour la paix du jardin, il vaut mieux admirer sa chambre comme une ruche et encourager son bon fonctionnement plutôt qu'exiger son rangement... Myosotis et Mademoiselle Bee n'ont pas du tout la même conception de l'ordre, mais c'est le résultat qui compte...

Pas loin du Grand Chêne, si différent et pourtant si semblable, pousse Petit Sapin. Il aura 11ans cet été, son ombre grandit sur l'herbe et déjà, malgré sa tendresse, il pique un peu parfois... Il est discret, bienveillant et plein de surprises.

Avec ses pétales qui retiennent le soleil même quand il fait gris, Petit Bouton d'or égaie le jardin depuis 6 ans. Elle semble inlassablement occupée à chercher de la joie partout mais elle se fait parfois si petite dans son coin que l'on a peur de l'oublier... Son éclat naturel et ses éclats de rire nous en préservent.

Et depuis 6 mois à peine, Petit Lierre s'est installé dans notre jardin. Mais ce n'est pas une plante parasite ! Au contraire, ce petit végétal tout neuf a renouvelé la vie autour du Grand Chêne. Petit Lierre n'a pas son pareil pour enrouler ses petites attaches tout doucement, ça va jusqu'au coeur de chacun sans que l'on s'en aperçoive, et un matin, tout à coup, il devient évident que l'on respire mieux depuis qu'il se déploie au jardin de Myosotis...

Le grand chambardement dans le jardin a eu lieu en plein hiver, le 31 décembre 2005. Tout à coup, qui l'eût cru, le Grand Chêne a tout emporté avec lui. On s'était habitué à ses voyages, il doit y avoir un peu de liège dans ce Grand Chêne qui se laisse emporter sur tous les Océans... Mais cette fois, le jardin tout entier a plié racines et le voilà transplanté en Amérique. Changer de terre, d'air et de lumière, c'est lourd de conséquences : voilà tout un jardin qui doit s'adapter à un climat jamais imaginé... Seul Petit Lierre est dans son élément, mais il n'ignore pas que ses racines plongent loin, très loin...

1 commentaire:

Frédérique a dit…

Bienvenue dans la blogosphère !
Ton jardin respire la poésie et déjà se dégage une atmosphère très sereine.