jeudi 10 juillet 2008

10 juillet 1871

Au petit bonheur de la littérature, c'est avec Jean Rouaud que l'on peut célébrer cet anniversaire-là, celui de Marcel Proust, dans l'Imitation du bonheur.
Usant avec allégresse de la toute-puissance du romancier, Jean Rouaud change d'époque et s'adresse à son héroïne, Constance Monastier, qui vient de rendre visite à son petit garçon en pension à Versailles. Après avoir évoqué l'animation des rues de Paris qui a dû étonner la belle dame de province et son fils, il nous emmène (tout le monde, son héroïne et ses lecteurs délicieusement étourdis) dans l'intimité de la famille Proust qui s'apprête à accueillir l'évènement :

délivrance le 10 juillet 1871 - ce qui nous donne une conception neuf mois plus tôt en plein siège de Paris, ainsi faisait-on de la résistance chez les Proust, en préparant au nez et à la barbe des Prussiens la relève, et d'ailleurs le bientôt nouveau-né manifestera en dépit d'une constitution fragile un intérêt jamais démenti pour les militaires, ou pour leur uniforme, ou pour les militaires dans leur uniforme. La naissance se fera à Auteuil, dans la belle maison de son oncle Louis Weil, où la famille s'est réfugiée fuyant la Commune.

Tout cela pour en venir à la fameuse madeleine (dont Jean Rouaud donne la recette à Constance Monastier au cas où elle ne la connaîtrait pas), à la Recherche du temps perdu et à une série de réflexions joyeusement profondes sur la littérature, ses pouvoirs et sa critique.
Jean Rouaud sait disserter sur ce sujet sans morosité ni pédanterie, apporter des éclaircissements sur l'histoire de la Commune et raconter une belle histoire d'amour... Sans oublier la date historique de la naissance du petit Marcel, qui enrichit encore la liste des anniversaires de juillet.

2 commentaires:

Clotilde a dit…

Merci pour cette pause culturelle. Bien amicalement,

BeeBeeBo a dit…

Bisous et bon anniv au p'tit Marcel !